• Protection sociale :
    L'Atelier de la République vous invite le 15 mars à la Mutualité

    Lire la suite
  • Méritocratie et emploi -
    La formation professionnelle continue : solution au chômage de masse ?

    Lire la suite
  • Génération Y :

    "Vers de nouveaux modes de management ?"

    Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3

L'Atelier de la République

L'Atelier de la République est un Think Tank indépendant, Humaniste et Progressiste qui place l'Homme au centre de ses réfléxions.

Une « potiche » répond aux sénateurs

Catherine-Kratz-JoppkeEn rejetant, jeudi 17 janvier 2013, le projet de loi sur le scrutin paritaire aux cantonales, le sénat renforce son image d’institution désuète et d’arrière- garde, refuge d’une grande majorité de politiciens mâles, bien trop ancrés sur leurs privilèges pour accepter tout changement.

Rappelons qu’à ce jour les femmes ne constituent que 21,8% des élus au sein de cette assemblée. Le rejet du projet de loi est certes très regrettable en soi mais, pire que cela dans le cas qui nous occupe, la présentation de ce projet au sénat a donné lieu de la part de sénateurs à des propos sexistes scandaleux bafouant la dignité des femmes dont les élues présentes.

Que des élus, qui plus est chèrement rétribués par les contribuables (341 sénateurs percevant chacun €13 340 bruts mensuel), s’autorisent à se livrer à de tels agissements aussi abjects et inconsidérés au regard du respect des droits et de la dignité humaine, au sein même de cette assemblée, ne peut que nous indigner.

Et pour répondre à l’un de ces « brillants » orateurs, les citoyennes ne seront plus dénigrées et traitées de « potiches » (sic) dès lors que les sénateurs ne feront plus obstacle à leur élection. Plus avant, cela soulève la question de la légitimité même de ces élus sénateurs à représenter les citoyens, femmes et hommes, et ce, tant au sein de leurs partis politiques que dans notre démocratie. Aussi nous ne pouvons qu’inviter les partis politiques en cause à condamner fermement et publiquement de telles dérives sexistes et à adopter au plus vite des mesures propres à contrôler un tel risque.

Au plan de notre société toute entière, cette attitude choquante des sénateurs nous démontre à quel point il est devenu impératif de mener une réflexion approfondie sur la pertinence du fonctionnement voire du maintien d’une telle institution pour notre démocratie.

Partagez

Portrait

AJAlain Juillet,
Président du Comité d'Orientation de l'Atelier de la République

 

Président du Forum International des Technologies de Sécurité (FITS), ancien capitaine d’Industrie, il fut le directeur du renseignement de la DGSE entre 2002 et 2003, puis en charge de la cellule Intelligence Economique à Matignon jusqu’en 2009. Il préside le Comité d’Orientation de l’Atelier de la République assure la Vice-présidence de la Société d’Encouragement pour l’Industrie Nationale.


 

Newsletter