• Protection sociale :
    L'Atelier de la République vous invite le 15 mars à la Mutualité

    Lire la suite
  • Méritocratie et emploi -
    La formation professionnelle continue : solution au chômage de masse ?

    Lire la suite
  • Génération Y :

    "Vers de nouveaux modes de management ?"

    Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3

L'Atelier de la République

L'Atelier de la République est un Think Tank indépendant, Humaniste et Progressiste qui place l'Homme au centre de ses réfléxions.

« Fédéralisme européen » - Interview de Henri Malosse

HM

Président du Comité Economique et Social Européen,
Conseiller pour les affaires européennes à l’Assemblée des Chambres Françaises de Commerce et d’Industrie.

Interviewé par Adam Baïz, Administrateur de l’Atelier de la République, Co-Fondateur d’ARCADE, conférences-forums inter-écoles.

Adam Baïz : Le fédéralisme européen suppose la création d’une autorité politique européenne forte : quels en seraient les contours et les modalités d’action ?

Henri Malosse : La création d’une autorité politique européenne forte ne pourra passer que par un modèle d’autorité démocratiquement élue par les citoyens européens. Au regard de l’importance des enjeux, elle devra s’appuyer sur une légitimité puissante; plus le lien avec les citoyens sera fort, moins son autorité sera contestable. C’est pourquoi dans un premier temps, il est possible d’imaginer un président élu dans le cadre d’un système mixte, par le parlement européen et les parlements nationaux. Mais à terme, il faudra progressivement envisager une véritable élection au suffrage universel.

Comment pourrions-nous convaincre les différents partenaires européens de la nécessité de nous soumettre à une autorité européenne commune forte ?  

H.M. : J’ai une conviction profonde: les citoyens sont les premiers à devoir être convaincus. L’impulsion vers cette évolution institutionnelle n’est possible que si celle-ci vient d’eux. On oublie trop souvent qu’ils sont au cœur du dispositif, et c’est d’ailleurs pour cela, que l’Europe ne marche plus à l’endroit. Mais avant d’y arriver, nous ne pourrons pas faire l’économie d’un préalable: convaincre les Européens que l’Europe est capable de sortir de l’idéologie et de mettre en œuvre des réalisations concrètes qui répondent à leurs attentes. Tant que nous n’aurons pas entamé ce chemin, nous ne pourrons pas leur demander d’appeler à plus d’Europe ; aujourd’hui elle incarne pour eux plus une partie du problème qu’une solution.

Dans quels domaines et sur quelles politiques pensez-vous que le fédéralisme européen soir indispensable et urgent ?

H.M. : Le fédéralisme européen a un rôle urgent à jouer tout d’abord en matière de relations extérieures bien évidemment. Il suffit de regarder la cacophonie assourdissante de l’expression européenne dans le monde. D’ailleurs, le poste occupé par Mme Ashton actuellement n’y a rien fait.

Puis viennent selon moi les domaines de police et de justice, notamment face à la problématique de l’immigration illégale et des trafics notamment d’êtres humains qu’elle génère. Des drames comme celui de Lampedusa dernièrement illustrent parfaitement le fait que les moyens des Etats ne sont pas à la hauteur du problème.

Inscrivez-vous au petit déjeuner Europe du 7 novembre

Partagez

Portrait

AJAlain Juillet,
Président du Comité d'Orientation de l'Atelier de la République

 

Président du Forum International des Technologies de Sécurité (FITS), ancien capitaine d’Industrie, il fut le directeur du renseignement de la DGSE entre 2002 et 2003, puis en charge de la cellule Intelligence Economique à Matignon jusqu’en 2009. Il préside le Comité d’Orientation de l’Atelier de la République assure la Vice-présidence de la Société d’Encouragement pour l’Industrie Nationale.


 

Newsletter